Les autres

rendez-vous du festival

Speed meeting

Hospeed meeting professionnel : rendez-vous

Le Pôle image propose un rendez-vous en face à face, entre artistes intervenants et plusieurs structures qui portent des actions d’éducation à l’image.

Bertrand Porcherot de La palette à Tournus, Fanny Angelot de la FRMJC, William Robin de Panacéa, Un membre du festival Chefs’ Op, MJC de MontbardZutique Productions.

Les actions à l'éducation à l'image

Le Festival Chefs op’ a décidé de proposer plusieurs actions pour former le jeune public à l’image, et pour permettre aux élèves du secondaire et aux étudiants des cycles supérieurs d’appréhender le cinéma en tant qu’art, culture, réflexion, langage, vecteur de compréhension et d’approche d’autres milieux sociaux et culturels.

 

La passion, le goût de la découverte et des rencontres, l’amour des films d’ailleurs, la volonté de les servir et de les questionner seront au cœur de notre travail de programmation. C’est pourquoi nous avons décidé de proposer des ateliers thématiques aux écoliers et aux collégiens, soit en amont, soit pendant le festival et de proposer un travail d’accompagnement autour de ces films : intervention en classe, rencontre avec un professionnel du cinéma, présentation en salle.

 

Enfin, nous invitons une classe de 4e du collège Doisneau en immersion complète sur le festival Chef op’ avec des cours à l’Espace des Arts, le matin (dans une véritable salle de classe) et des activités autour du cinéma, l’après-midi.

 

Dès 2023, nous engagerons d’autres actions plus ambitieuses dans les lycées et dans les maisons de quartier, en nous appuyant sur les nombreux partenariats que nous sommes en train de nouer.

Séances réservées uniquement aux scolaires

Carte blanche

La pomme verte

Comment parler du cinéma aux 2/4 ans ?

Projection de courts-métrages pour les tout-petits suivie d’un temps d’échange avec le public en présence de plusieurs invités. Pour les tout-petits et leurs parents. Pour les professionnels de la petite enfance.

Entrée gratuite

Passeurs d'images

Passeurs d’images est un dispositif national d’éducation à l’image qui met en place, hors temps scolaire, des projets d’action culturelle cinématographique et audiovisuelle en direction des publics, prioritairement les jeunes qui, pour des raisons sociales, géographiques ou culturelles, sont éloignés d’un environnement, d’une offre et de pratiques cinématographiques et audiovisuelles. Les jeunes de ce dispositif auront l’occasion de présenter leurs réalisations sur grand écran.

Focus Folle Allure

Courts métrages

Projections suivies d’une rencontre avec la directrice de Folle Allure, Lucie Fichot, et la directrice de la photo, Charlotte Michel

Les rosiers grimpants

Après un avortement qui l’a déstabilisée, Rosalie retourne dans son village natal. Elle retrouve la maison et le jardin de sa grand-mère à l’abandon, la verve de ses meilleurs amis, son premier amour et rencontre la nouvelle copine de celui-ci. Elle tente de maintenir le cap, non sans créer des remous…

Va dans les bois

Dans le Haut-Jura, Maria, quinze ans, s’occupe des chiens de traîneaux de son père et regarde des clips d’ados qui font du skate à L.A. Un soir, elle suit en cachette Vincent – le mec qui pose des tavillons sur la façade de sa maison – jusque dans la roulotte où il vit. Elle se retrouve alors embarquée dans un drôle de trafic…

Carte blanche

Propagation bis

Née en 2017, Propagation Bis a pour but premier la diffusion et la promotion du cinéma de genre et du cinéma bis.
Nous défendons une conception collective, ludique, créative, expérimentale et sans limites de ce cinéma. Nous pensons que le cinéma bis et le cinéma de genre sont des points d’entrée et de convergence d’une grande part de la culture de l’image contemporaine.

Carte blanche

Cinémarey

monsieur Deligny, vagabond efficace

En présence du réalisateur

Créée en 2009, CinéMarey est une association de cinéma basée à Chagny. Souvent en mode itinérant, CinéMarey « touche à tout », mais elle est particulièrement attachée à la projection de films documentaires.
Le film est le portrait vivant d’un homme qui, dès les années 60, ouvre des lieux de refuge pour des autistes mutiques où les apprentissages et les traitements ne seront pas la règle, mais bien le « vivre ensemble ». La caméra explore le temps. Coupures de presse, archives radio, films super 8… reconstituent cette approche radicale. Avec délicatesse, Monsieur Deligny reconstitue l’oeuvre d’une vie, consacrée à essayer quelque chose, jour après jour.
Retour haut de page

© Jean-Louis Swiners

Gardons le contact !

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez toute l'actualité du Festival !